FrançaisEnglish

Annonces publicitaires

Le temps au Mali

Jeu Ven Sam
En plus des zones touristiques de Mopti, Djenné, Pays Dogon, Tombouctou, Gao et Kidal, quelles autres zones souhaiterez-vous visiter au Mali?:
 

 

RESEAUX SOCIAUX



WEB MAIL

Rentrée culturelle, artisanale et touristique

C’est parti pour la Rentrée culturelle, artisanale, et touristique 2016. Elle s’est ouverte hier, en fin d’après-midi au Centre international des conférences de Bamako. La cérémonie de lancement était présidée par Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, le ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme. C’était en présence d’autres membres du gouvernement, des présidents d’institutions, des membres du corps diplomatique, des gouverneurs de certaines Régions, des présidents d’Assemblées régionales et bien sûr de nombreux artistes et opérateurs culturels.
Trois jours durant, diverses manifestations permettront de lancer le programme d’activités du ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme. Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, a indiqué que la fusion des départements de la Culture et de celui de l’Artisanat et du Tourisme, a été l’occasion de renforcer la synergie entre ces trois secteurs et d’en faire des secteurs interdépendants de sorte à ce que nous puissions les percevoir comme étant des maillons d’une même chaîne qui se met au service du développement du Mali. « La culture est l’agent commercial du tourisme qui lui-même sert de boutique à l’artisanat », a schématisé le ministre ajoutant que c’est cette vision qui justifie le choix de faire une rentrée à la fois culturelle, artisanale et touristique.
Et, contrairement aux autres années, la Rentrée 2016 est étalée sur trois jours aux fins de permettre une réflexion approfondie sur le retour et le schéma d’organisation de la Biennale artistique et culturelle en 2016.
La Rentrée culturelle, artisanale et touristique, est un exercice qui permet d’exposer, échanger et vulgariser les grandes orientations de la politique nationale en la matière, à travers notamment les actions prioritaires à entreprendre dans le secteur public et/ou en partenariat avec les acteurs privés et les partenaires techniques et financiers.
Le thème retenu cette est la « renaissance culturelle, artisanale et touristique » pour souligner la nécessité d’une prise de conscience collective et le refus du peuple malien de voir ces secteurs mourir parce que vidés de leur essence première.
Le département de tutelle veut travailler à un retour plus dynamique de ces secteurs, comme sources de création de richesses, souhaite un retour au fondement même de ces secteurs qui ont fait la grandeur et la renommée du Mali. La Renaissance doit s’entendre comme notre lutte à reconquérir notre glorieux et riche passé culturel, artisanale et touristique pour conquérir, à nouveau, le monde.
« Ce transvasement du passé vers l’avenir ne sera pas un mécanisme dont les automatismes nous sont connus. Il s’agit d’un combat de longue haleine, auquel chaque contribution sera une volonté patriotique de faire revivre de son meilleur souffle la culture, l’artisanat et le tourisme maliens », poursuivi Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo.
L’esprit de la Renaissance se détermine par un certain nombre de signes dont l’apparition de nouveaux modes de diffusion de l’information, la lecture scientifique des textes fondamentaux, la remise à l’honneur de la culture « antique », le renouveau des échanges commerciaux, et enfin les changements de représentation du monde.


L’année 2016 sera marquée, en ce qui concerne la culture, par le retour de la Biennale artistique et culturelle, mais aussi par l’organisation du festival Triangle du balafon, de la Rencontre des chasseurs de l’Afrique de l’Ouest et du très attendu Marché des arts plastiques. Ces activités visibles n’occulteront pas le travail engagé pour la professionnalisation du secteur.
Dans le domaine de l’artisanat et du tourisme, le Mali n’attendra plus de subir l’onde de choc de la crise, il se vendra par son savoir-faire au niveau national et international, par son savoir-être et par son authenticité nourrie dans une culture multiséculaire. Pour le ministre, ce savoir-faire doit se professionnaliser davantage par une formation soutenue de nos artisans en vue de donner un cachet, une crédibilité au « Made in Mali ».
« Il est à en déduire que le retour de nos artisans sur la grande scène des foires et autres salons internationaux, la création de nouvelles opportunités d’exportation de notre artisanat, suivant l’harmonisation de nos textes conformément aux dispositions des organes de la sous-région, sont au cœur de notre action », a encore dit le ministre.
Quant au tourisme, pour cette année, il sera porté par les conclusions à venir des concertations nationales sur le tourisme, qui réuniront tous les acteurs de cette activité : hôteliers, tours opérateurs, guides, et représentants de notre diplomatie. Ces conclusions valideront la propension à développer le tourisme scolaire et universitaire ainsi que l’ambition à trouver de nouveaux débouchés, de nouveaux visiteurs de toutes les richesses du Mali. Aussi, le tourisme d’affaire et le tourisme évènementiel auront un regain d’intensité avec le grand rendez-vous du sommet Afrique-France, qui est une opportunité qu’il faut déjà saisir.
Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo a saisi l’opportunité pour saluer la détermination des artistes, des artisans du Mali et de tous ceux qui exercent dans le domaine du tourisme, à vouloir sortir ces secteurs de l’ornière.

Source : Y. DOUMBIA

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

VOTRE PUBLICITE ICI
Bannière
Compass corp