FrançaisEnglish

Annonces publicitaires

Le temps au Mali

Jeu Ven Sam
En plus des zones touristiques de Mopti, Djenné, Pays Dogon, Tombouctou, Gao et Kidal, quelles autres zones souhaiterez-vous visiter au Mali?:
 

 

RESEAUX SOCIAUX



WEB MAIL

Le MANDE, Terre Sacrée

Berceau de puissants empires depuis le Moyen Âge, le Mandé fut longtemps convoité pour ses mines d’or. « Le Mandé fut fondé sur l’entente, la concorde, l’amour, la liberté et la fraternité » comme le stipule la charte du Mandé proclamée vers  1236 dans la clairière du  Koudoukan Fouga, par Soundiata Keita,  Mandé Mansa.

Le Mandé a connu son apogée sous l’empereur Kankou Moussa, qui entreprit un  pèlerinage historique à la Mecque  en 1324 transportant avec lui une immense quantité d’or du Bouré et du Bambouk. Le Mandé  s’étendait du désert, à la forêt guinéenne et à l’océan atlantique. Florissant, prospère, le Mandéka vivait d’agriculture, de chasse et d’orpaillage en développant les vertus de  simplicité, de franchise et de fraternité.

Aujourd’hui, le Mandé traversé par le fleuve Djoliba, présente de paisibles paysages de collines verdoyantes et  des villages pittoresques entourés de caïlcedrats. Le Mandé est un site  d’écotourisme, de culture et d’histoire, il s’étend sur la partie sud-ouest du Mali.

Terre sacrée, terre de légende, terre de la tradition orale, « le Mandé peut être confié, le Mandé ne peut être vendu, le Mandé vacille, mais le Mandé ne s’écroule jamais » disent les griots.

Patrimoine immatériel et matériel

La société Mandé repose sur une répartition difficile à déceler par les visiteurs. Néanmoins elle est constituée des :

Horons (nobles, aristocrates) : ce sont des hommes libres. La noblesse au       Mandé se transmet par le sang. Le Diamu (nom de famille) caractérise et détermine l’appartenance ethnique du horon.

Nyamakalas sont les piliers de la société :

Djélis maître de la parole « il se doit de dire la vérité aux chefs, d’être leur conseiller, de défendre le verbe », car au Mandé la parole est un art. Les griots du Mandé sont les dépositaires de la mémoire du terroir. Dans la société  traditionnelle, le griot est le généalogiste, l’historien, le diplomate et le médiateur. Kéla et Kita sont des centres d’apprentissage du Djeliya.

Numus ou  forgerons  travailleurs de bois et  de fer, du cuivre mais aussi des guérisseurs et  magiciens.

Garankés ou artisans,  cordonniers – bourreliers dont les femmes teignent l’indigo et font des tresses.

Dyons (esclaves) : des captifs de guerres et de razzias.

Le donsoya ou la confrérie des chasseurs : c’est une institution ésotérique et respectueuse de la nature. Les descendants de « Sané ni kontron » (divinités de la chasse) sont à la fois chasseurs, féticheurs, géomanciens, et gardiens de la paix.

Le donso (chasseur) est un mystique. Le soir sur la place du village autour d’un grand feu de bois un cercle se forme, le chantre (griot des chasseurs) exalte  les exploits en brousse du Simbo (maître de la chasse).

Le costume du chasseur se compose d’une tunique ocre couverte de gris-gris (amulettes) protecteurs, de miroir, d’un pantalon et d’un chapeau.

Le dankun est le lieu de sacrifice auxdivinités de la chasse.

Le turabu ou lecture du sable est la géomancie tracée sur le sable fin. Les maîtres du turabu sont les Somas.

Le sanankunya ou le cousinage à plaisanterie est « basé sur le respect de l’autre, la tolérance et le chahut. Aucun différend né entre les Mandéka ne doit dégénérer ».

La case ronde est l’habitat traditionnel du Mandé, construite en banco (mélange de latérite, d’argile, de paille et de bouse de vache) et recouverte de toit en chaume.

L’arbre à palabre est un espace de réunion, de dialogue de convivialité et de rencontre dans les villages.

Le Nko est un système d’écriture phonétique de la langue mandingue, inventée en 1949 par Souleymane Kanté. Il se lit de droite à gauche et comprend 7 Voyelles,

19 consonnes et une voyelle neutre.

L’orpaillage est une activité génératrice de revenus pratiquée par les populations du Mandé en saison sèche soit à Banankoro, à Kangaba, à Narena ou à  Bagama. La terre aurifère est lavée après avoir été piochée par le puisatier. Le « Sanu » (or) y existe sous toutes ses formes : en pépite, en poudre.

En terre mandé, la traditionnelle Diatiguiya (Hospitalité) permet à l’étranger de disposer auprès de son hôte du  gîte et  du couvert.

Les instruments de musique : la tradition musicale est perpétuée par les griots du Mandé qui manient la parole, chantent et font les louanges des plus méritants. Les instruments de musique au Mandé sont :

Le balafon ou xylophone constitué de planchettes, de cordes et de gourdes sert à fredonner des  rythmiques vives et ponctuées ;

La kora : demi calebasse   couverte de peau de chèvre, de 21 ou 24 cordes ; royale, la kora émet des sons magiques. Le virtuose Toumani Diabaté éblouit et porte son public, avec ses dix doigts ;

Le ngoni : instrument à trois ou quatre cordes le « ngonifola » accompagne la mélodie ou les refrains des griottes du Mandé ;

Le djembé (tam-tam) : au rythme endiablé, percutant, cadencé accompagne tous les folklores du Mandé ;

Le tamani : variante du tam-tam, plus petit, il se  joue sous l’aisselle.

Sites naturels

Les Monts mandingues contrastent de paysages de falaises, de montagnes et de forêts classées, de cascades (Djendjeni, Danda, Dogodouma), d’abris sous roche, et de points d’eau :

Balanmassala, le famazan Koulou (colline), point culminant des monts Mandingues est  un des endroits les plus agréables à visiter; l’on peut y apprécier la richesse de la nature et les villages pittoresques.

Tomodo Koumakara (100km de Bamako) : la forêt dense de bambou et de raphia  demeure le refuge des animaux (phacochères, biches, singes…).

Forêt de Missira (70km de Bamako) : est une forêt claire avec de grands arbres comme le karité, le néré, le kapokier, le caïlcedrat, le sô ou chô et le sanan ou santao. C’est  un habitat propice à la faune sauvage.

Siby, un village pittoresque abritant des attractions suivantes :

L’Arche de Kamadian, merveille de la nature, la légende dit que l’ancêtre des Camara perça la montagne d’une flèche magique afin de démontrer sa puissance au le royaume ;

Les grottes préhistoriques de Kouroukorokalé constituent un site culturel et archéologique ;

L’enclume de Niéguéma entaillée dans les Monts Mandingues, est le résultat de l’érosion ;

Animé, le marché de Siby se tient tous les samedi.

Koudoukan Fouga : lieu sacré d’intronisation de Massa Soundiata Keita, empereur du Mandé, où fut énoncée la charte qui régit les relations socio-politiques entre Mandéka.

Kangaba capitale du Mandé avec sa Case Sacrée, le sanctuaire du « Kaabablo » est restaurée tous les sept ans. Les secrets du « Mansadjigui », cérémonie rituelle préparatoire des festivités septennales de la case de Kangaba sont détenus par les griots Diabaté de Kéla et transmis de génération en génération.

Les croisières : en pirogue ou en pinasse l’on peut remonter sur une centaine de kilomètres, le fleuve Niger (ou Djoliba). L’on y découvre de belles plages et une perle de villages authentiques  du Mandé. L’on peut observer quelques hippopotames en période favorable. C’est des berges du Village de Djoliba que le rossignol du Mandé, Salif Keita, a conquis le monde de la world music.

Bancoumana : abrite une des premières base nautique du Mali, le visiteur peut remonter le fleuve en kayak de Keniegué ou de Bancoumana à Bamako.

Il est possible d’obtenir un visa d’entrée au niveau de la police des frontières de  l’aéroport  de Bamako Sénou, de Mopti Ambodedjo et  de Tombouctou.

Distances

Bamako –Siby (55km) - Naréna (95km) – Kourémalé (120km)

Bamako - Bancoumana (58km) – Missira (70km) - Kangaba(96km) kela (102km)- Dioliba(20km)

CHANGE

La monnaie nationale est le franc CFA (Communauté Financière Africaine), lié par parité à l’euro : 1Euro = 655,957 F FCA. Pour vos transactions s’adresser à la :

SANTE

Un certificat international de vaccination contre la fièvre jaune est requis pour tous les passagers exceptés les enfants de moins d’un an.

CLIMAT

Au Mandé,  il y a trois saisons:

Saison chaude de Mars à Juin

Saison pluvieuse de Juillet à Octobre

Saison fraîche de Novembre à Février

Renseignements

Bureau Régional du Tourisme de Koulikoro  Tel. 21 26 27 78

e-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Gouvernorat de Koulikoro             Tel. 21 26 20 32

L’indicatif du mali est +223

IMPORTANT

L’Office Malien du Tourisme et de l’Hôtellerie recommande aux visiteurs :

  • d’éviter de distribuer des cadeaux jetons aux enfants, sacs, bics, bonbons etc.)
  • d’utiliser les services des guides agréés, seuls autorisés a exercer ce métier. Ils sont reconnaissables par les insignes et les cartes professionnelles

OMATHO

Office Malien du Tourisme et de l’Hôtellerie

Quartier du fleuve, Rue Mohamed v BP 191 Bamako Mali

Tél. (223) 20 22 56 73 ∙ Fax (223) 20 22 55 41

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. www.officetourismemali.com

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------

VOTRE PUBLICITE ICI
Bannière
Compass corp